.

.

PROJET ASSOCIATIF

Accompagner le projet de vie des personnes présentant une déficience sensorielle ou un trouble sévère du langage en favorisant l’épanouissement, l’autonomie et l’inclusion scolaire, sociale et professionnelle.

Le projet associatif est le fruit d’une réflexion engagée par l’ensemble des administrateurs de l’Association « La Providence » et l’équipe de direction.

Le projet associatif, texte de référence est un outil de communication interne et externe, qui permet à la fois de réfléchir sur la gouvernance associative et de positionner l’ensemble des intervenants dans l’Association. Il définit les choix et orientations de l’association pour les prochaines années ; il constitue donc le référentiel dans lequel s’inscrira le projet d’établissement.

Ce projet associatif s’inscrit dans le cadre :

  • Des politiques et règlementations publiques et sociales
  • De l’évolution de l’accompagnement de l’usager
  • De l’ouverture du secteur à son environnement notamment par le biais de partenariats, de coopérations
  • Des nouvelles modalités de fonctionnement du secteur médico-social (mise en place de l’ARS, appel à projets).

1 – L’histoire

Le centre de « La Providence » a été créé par les sœurs de La Charité de Notre Dame d’Evron en 1853, le centre ayant obtenu l’autorisation d’enseigner par le décret du 20 octobre 1852.

En 1967, les sœurs effectuent leurs premiers recrutements de civils pour dispenser l’enseignement aux enfants et 2 ans plus tard l’école adhère à la convention collective nationale de l’enfance inadaptée.

C’est à partir de la loi du 30 juin 1975 dite « loi d’orientation en faveur des personnes handicapées » que les sœurs effectuent leur mission sous contrat de travail. C’est également à cette période que se met en place l’association « La Providence », avec un Conseil d’Administration présidé par Hubert CRESPY, actuel Président de l’Association.

L’association obtient un agrément pour l'ouverture du CAMSP (Centre d'Action Médico-Sociale Précoce). L’accent est mis alors sur le dépistage de la surdité dès le plus jeune âge, 0-6 ans, avec les premiers accompagnements de l’enfant et de sa famille.

En 1985 la direction de l’établissement est tenue par un laïc, qui depuis sa retraite, est membre du Conseil d’Administration. Cela coïncide avec l’autorisation d'ouverture du SSEFS (Service de Soutien à l'Éducation Familiale et à l'Intégration Scolaire).

L’agrément global s’établit alors à 120 places (75 internat, 25 semi internat, 20 SSEFS).

En 2001 la dernière sœur prend sa retraite, le personnel est alors entièrement laïc. La connaissance et la veille des professionnels les conduisent en 2004 à demander l’ouverture d’un service à destination des déficients visuels, le SAAAS (Service d’Aide à l’Acquisition et l’Autonomie en Intégration Scolaire).

En 2005, la communauté religieuse, propriétaire des locaux, informe l’association de sa volonté de les récupérer afin de les mettre en vente, mettant ainsi un terme au commodat qui régissait leur utilisation.

L’association s’installe en septembre 2009 au 103 chemin des planches à ALENÇON dans un nouvel établissement, de plain-pied, à ossature bois, répondant à la fois aux exigences de la loi en matière d’accessibilité des personnes en situation de handicap – « Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005, Titre IV, chapitre III, article 31- et aux normes environnementales.

L’histoire de l’association démontre à la fois son enracinement local et ses capacités d’adaptation, de réactivité, de développement afin de toujours répondre de manière optimale aux besoins des usagers qu’elle prend en charge.

L’ensemble des parties prenantes de l’association a, également, toujours été vigilant à répondre aux exigences des législations applicables au secteur médico-social. Les lois du 2 janvier 2002 et du 11 février 2005 ont donné lieu à une réflexion sur l’évolution des pratiques professionnelles et à la mise en place de nouveaux outils, aujourd’hui complètement intégrés par l’ensemble des professionnels.

Le Conseil d’Administration est composé de personnes issues de la société civile, d’horizons divers, reconnus par leur pair dans leurs champs de compétences. Femmes et Hommes altruistes, attachés au bénévolat et aux situations de handicap, ils sont des acteurs majeurs de l’Association « La Providence ».

2 - Les Valeurs de l’Association

Les valeurs constituent un élément essentiel de la culture de l’Association. Elles en sont le fondement, et justifient, en elles-mêmes, les actions menées par l’Association, au profit de l’usager. Ces valeurs cimentent les actions de l’ensemble des membres du Conseil d’Administration et emportent l’adhésion des professionnels et bénévoles, des usagers, de tous les acteurs qui sont parties-prenantes de la vie de l’Association.

1 – Laïcité et de non discrimination

La personne accompagnée est au cœur de l’association. Quelles que soient ses difficultés, elle dispose de potentialités et la société, dans l'ensemble de ses composantes telles que définies dans la loi d'orientation en faveur des handicapés, a le devoir de tout mettre en œuvre pour permettre son expression et son développement.

L’association « La Providence » affirme la pertinence des valeurs laïques : respect de l’individu, de ses croyances et de ses choix pour autant que ceux-ci s'inscrivent en pleine responsabilité dans le cadre d’une société solidaire.

L’association accueille et accompagne, en son sein, tout usager pour lequel une notification MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) a été établie, et ce, sans distinction d’ethnie, de religion, d’appartenance politique.

2 – Citoyenneté et Solidarité

La personne accueillie ou accompagnée dans le cadre de l’association est d'abord et avant tout une personne : elle dispose des mêmes droits et des mêmes devoirs que toute autre. La reconnaissance de ces droits et devoirs et l'accès aux structures de droit commun doivent lui être garantis. Cette valeur, s’inscrit notamment dans la « Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005.

La solidarité est une valeur pivot de notre action. Elle s’exprime à l’intérieur de l’association, entre les usagers et entre les professionnels et les usagers. Elle constitue un élément fondamental de la bientraitance. Elle s’exprime également à l’extérieur, avec l’ensemble des acteurs qui participent à l’inclusion sociale et professionnelle, en milieu ordinaire ou adapté.

3 – Probité, respect et dignité dans l’accompagnement de la personne

La Droiture, l’honnêteté, le respect et l’attachement aux devoirs doivent s’inscrire dans les relations entre les personnes. Toute fonction, toute compétence ne pouvant pleinement s’exercer que dans le cadre de la probité individuelle et collective.

La dignité se traduit par le respect de tous les droits fondamentaux de la personne, tels qu'ils sont énoncés dans :

    La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme adoptée par l'ONU (10/12/1948) La Convention relative aux Droits de l'Enfant, ratifiée par l'UNICEF le 20/11/1989 et entrée en vigueur le 02/12/1990 La Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie introduite par la loi de janvier 2002 La Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005.

Les modalités d’accompagnement et de prise en charge, sont définies dans le cadre du Projet Individualisé d’Accompagnement (PIA). Les professionnels de l’Association sont garants du respect de la mise en œuvre de l’accompagnement tel qu’il a été consigné dans le Projet Individualisé d’Accompagnement, et décidé en lien avec l’usager et sa famille.

4 - Egalité des droits, Reconnaissance à l’accès aux droits et au respect de ses obligations et devoirs

Membre de la société, la personne présentant une déficience sensorielle ou un trouble sévère du langage est une personne à part entière. A ce titre, elle bénéficie de l’ensemble des droits et des devoirs reconnu à la personne humaine, en particulier :

  • Droit à l’éducation et à la formation
  • Droit au travail et à l’emploi
  • Droit au logement
  • Droit aux loisirs, à la culture, à l’information
  • Droit à la santé
  • Droit de se déplacer librement et en sécurité.

En contrepartie de ces droits, l’usager a, comme tout citoyen, des devoirs en particulier le respect du règlement de fonctionnement de l’association qui l’accueille.

5 – Savoir développer tout projet innovant concourant à améliorer la condition de la personne et favoriser son intégration dans la société

S’appuyant sur les compétences et l’engagement des professionnels qui œuvrent ensemble, l’association assure une veille permanente et, est force de propositions pour mettre en place tout moyen permettant de concourir à l’épanouissement et à l’inclusion sociale de l’usager. Les projets développés, le sont à l’interne mais également à travers des partenariats afin de proposer une offre de service complète et adapté aux besoins de chacun, dans le respect des engagements pris.

3 - Les Missions de l’Association

L’association exerce ses missions dans le champ de la déficience sensorielle (auditive et visuelle), des troubles sévères du langage, avec ou sans troubles associés.

Elle agit en amont, sur le dépistage de la déficience auditive ; elle accompagne l’usager tout au long de son parcours en mettant en place des projets pédagogiques, éducatifs et thérapeutiques, tout en favorisant, en aval l’inclusion scolaire et sociale. Institution laïque, ouverte sur son environnement, l’association s’appuie sur son histoire tout en étant résolument tournée vers l’avenir.

L’association, très implantée localement, est un acteur majeur, dans son champ d’intervention, au plan départemental et régional. Reconnue pour ses compétences et son expertise, l’association a le souci d’être force de propositions auprès des autorités compétentes, afin de répondre au plus près aux besoins de prises en charge des usagers potentiels. Elle met en place de véritables réseaux de partenariat permettant de proposer une offre de services adaptée à la personne, en agissant en complémentarité avec les autres structures.

L’association assure une veille permanente afin d’être à l’écoute des nouveaux besoins et d’être en mesure de proposer, seule ou en partenariat, une réponse adaptée aux évolutions du handicap sensoriel. Ces nouvelles formes d’intervention s’effectuent en étroite collaboration avec les professionnels et les membres du Conseil d’Administration.

Constituée de professionnels pour lesquels la formation continue constitue un véritable enjeu et une nécessité au regard de l’évolution de la prise en charge de l’usager et du type de handicap, les membres de l’association assurent une veille et mettent en place tout moyen qui permettrait d’améliorer l’accompagnement de la personne. Agissant au cœur d’un système ouvert, les professionnels agissent en lien avec l’ensemble des acteurs de la société.

4 – Description et Organisation des services

L’Association La Providence gère un établissement, le CESDA, qui constitue l’entité historique et la structure principale sur laquelle s’appuie trois services ambulatoires CAMSP, SSEFS et SAAAS dotés de budget indépendant.

Le CESDA concentre l’essentiel de l’activité et mobilise par conséquent une grande partie des ressources humaines sur la Déficience Auditive et les Troubles Sévères du Langage. Les usagers y sont accueillis en internat ou semi-internat.

Il est composé de trois secteurs impliqués directement auprès des usagers, secteur Pédagogique, Educatif et Psycho-Médico-Social et deux services opérant sur des activités administratives et services généraux. Le CAMSP exerce une activité dichotomique de dépistage (0- 12 ans) et d’éducation précoce sur le champ de la déficience auditive et effectue le suivi d’enfants atteints de troubles du langage sur la tranche d’âge de 0 à 6 ans.

Le SSEFS intervient auprès des enfants, adolescents et jeunes adultes de 3 à 20 ans déficients auditifs et Troubles Sévères du Langage en intégration scolaire et formation professionnelle. Une équipe pluridisciplinaire apporte un soutien pédagogique, éducatif et psycho-médico-social afin de favoriser les apprentissages en milieu ordinaire.

Le SAAAS est référencé sur le champ de la déficience visuelle de 3 à 20 ans avec un service complémentaire, le SAFEP (Service d’Accompagnement Familial et d’Education Précoce), pour la tranche d’âge de 0 à 3 ans. Ce service a pour mission de favoriser l’intégration scolaire et toute action visant à développer l’autonomie des enfants et des jeunes. Constitué d’un plateau technique pluridisciplinaire, il accompagne les enfants et leur famille.

5 - Management et Délégation

La délégation a été rendue obligatoire par le décret no 2007-221 du 19 février 20071. Elle doit donner de la lisibilité dans la gestion des établissements. Elle éclaire les relations entre l'association gestionnaire et le chargé de direction, mais aussi entre les directeurs généraux et les directeurs adjoints.

Le Directeur de l’Association, nommé par le Conseil d’Administration reçoit trois types de délégations :

  • Une délégation de représentation auprès des Instances Représentatives,
  • Une délégation financière plafonnée,
  • Une délégation de recrutement du personnel, exception faite des postes de cadres.

L’équipe de direction et Le conseil d’administration

Le directeur pilote et anime l’équipe de direction. Les chefs de service disposent de délégations et de missions précises, définies dans leur fiche de poste.

L’équipe de direction porte et conduit les projets et orientations définies et validées par le Conseil d’Administration.

Elle assure la coordination et la mise en œuvre des actions avec les équipes de professionnels dont elle a la responsabilité hiérarchique et fonctionnelle.

6 - Les Orientations Associatives

Organisation de l’offre de service par pôle

L’objectif de cette organisation est de faciliter la lisibilité dans l’offre de service proposée par l’association. L’association « La Providence », intervient dans le champ de la déficience sensorielle qui se décline en 3 pôles de compétences :

  • Le Pôle « Déficients Auditifs »
  • Le Pôle « Troubles Sévères du Langage »
  • Le Pôle « Déficience Visuelle »
  • La spécificité de chacun de ces types de handicap conduit à une organisation et un accompagnement de l’usager différencié et adapté.

L’organisation en pôle, loin de stigmatiser le type de handicap, a pour vocation de proposer et renforcer une prise en charge pertinente et optimale aux usagers accueillis dans l’association, conformément au projet individualisé d’accompagnement.

Développer et formaliser des coopérations et partenariats

La loi HPST (Hôpital, Patient, Santé et Territoires), la mise en place des ARS (Agences Régionales de Santé), mais aussi la volonté de l’association de proposer une offre de service de qualité et qui tient compte de l’évolution des besoins des usagers qu’elle accompagne nous conduisent à proposer :

  • La mise en place de partenariats contractualisés avec des établissements sociaux et médico-sociaux, qu’ils soient du secteur de la déficience sensorielle ou d’autres secteurs du handicap
  • Une réponse aux sollicitations des politiques publiques qui permette de couvrir les besoins sur le territoire régional
  • La mutualisation, chaque fois que cela est possible et pertinent, des moyens.