CONTACT
02 33 32 22 22

Questions / Réponses
La FAQ de La Providence

Le parcours de mon enfant

Mon enfant rencontre des difficultés de scolarisation liées à sa situation particulière, que puis-je faire ?

La première étape est de solli­citer une équipe éduca­tive auprès de l’école où il est scola­risé. Sa mission est d’analyser les besoins de votre enfant et de proposer les compen­sa­tions esti­mées nécessaires à sa scola­ri­sa­tion dans les meilleures condi­tions possibles. Une fois cette mission remplie, une équipe de suivi de scola­ri­sa­tion se mettra en place et si besoin l’accompagnement par un service médico-social sera proposé.

Je viens de recevoir une notification MDPH pour le SSEFS ou le SESAL, que dois-je faire maintenant ?

Il faut que vous preniez main­te­nant contact avec le service figu­rant sur la noti­fi­ca­tion de la MDPH.

Quelle différence entre le CESDA et le SSEFS ?

Le SSEFS est un service qui vient en appui d’une scola­ri­sa­tion en milieu ordi­naire. Le CESDA offre un accueil en internat de semaine ou en demi-pension.

Que signifient tous ces sigles : AEH, MDPH, CDAPH, PPS, PAI, PIA, CVS ?

  • AEEH : Allocation d’édu­ca­tion de l’en­fant handi­capé
    C’est une pres­ta­tion fami­liale financée par la sécu­rité sociale, destinée à compenser les frais d’édu­ca­tion et de soins apportés à un enfant handi­capé.
  • CDAPH : Commission des droits et de l’autonomie des personnes handi­ca­pées
    Commission insti­tuée par la loi du 11 février 2005 pour remplacer depuis janvier 2006 les CDES et la COTOREP. Cette commis­sion prend des déci­sions rela­tives à l’en­semble des droits de la personne.
  • CVS : Conseils de la Vie Sociale
    Les conseils de la vie sociale ont été insti­tués pour favo­riser la parti­ci­pa­tion des rési­dents au fonc­tion­ne­ment des établis­se­ments sociaux et médico-sociaux.
  • MDPH : Maisons Départementales des personnes handi­ca­pées
    Lieu unique d’ac­cueil et d’in­for­ma­tion, la MDPH accom­pagne et conseille les personnes handi­ca­pées et leurs familles. Un rôle aux multiples facettes :
    - La MDPH orga­nise le fonc­tion­ne­ment de l’équipe pluri­dis­ci­pli­naire chargée d’éva­luer les besoins de compen­sa­tion de la personne handi­capée selon son projet de vie. À partir de cette évalua­tion, un PPC (plan person­na­lisé de compen­sa­tion) est établi.
    - La MDPH réunit la CDAPH (commis­sion des droits et de l’autonomie des personnes handi­ca­pées) qui examine chaque plan de compen­sa­tion et décide de la recon­nais­sance offi­cielle du handicap, de l’at­tri­bu­tion des allo­ca­tions et de l’orien­ta­tion des personnes handi­ca­pées.
    - La MDPH veille à l’ap­pli­ca­tion des déci­sions prises notam­ment pour tout ce qui concerne l’ac­cueil dans les établis­se­ments.
    Lien vers la MDPH de l’Orne : https://mdph61.fr/
  • PIA : Projet Individualisé d’Accompagnement
    C’est la feuille de route des jeunes scola­risés en établis­se­ment médico-social ou pris en charge par un service médico-social. Lien : http://www.onisep.fr
  • PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation
    C’est la feuille de route de l’en­semble des profes­sion­nels qui entourent l’élève handi­capé, le PPS définit les moda­lités de dérou­le­ment de sa scola­rité et les actions répon­dant à ses besoins parti­cu­liers. Lien : http://www.onisep.fr
  • PAI : Projet d’Accueil Individualisé
    Il précise les adap­ta­tions nécessaires à la scola­rité et à la vie quoti­dienne des élèves malades ou présen­tant des troubles des appren­tis­sages. Lien : http://www.onisep.fr

Qu’est-ce qu’un référent ?

Le réfé­rent est le premier inter­lo­cu­teur entre l’institution, le jeune et les familles. Il connaît le dossier des jeunes dont il a la charge et en assure le suivi. Il peut y avoir un réfé­rent par secteur (péda­go­gique, éducatif, etc.) ou un seul réfé­rent pour tous les secteurs.

Peut-on continuer à recevoir des aides sociales (de la CAF ou d’un autre organisme de l’état), telles que l’allocation de rentrée scolaire ou l’allocation éducation enfant handicapé (AEEH), alors que mon enfant est accueilli dans un service de La Providence ?

Les demandes sont exami­nées au cas par cas, veuillez contacter le service de l’as­sis­tante sociale de La Providence pour toute réponse.

Les frais de demi-pension, internat ou taxi sont-ils à régler ?

Les frais de séjour et de tran­port sont pris en charge par l’établissement.

Est-ce que mon enfant peut passer le permis de conduire ?

Oui. Il peut béné­fi­cier pour cela d’une aide proposée par l’éta­blis­se­ment.

Mon enfant a des troubles du langage

Qu’est-ce que la dyslexie ?

La dyslexie est un trouble spéci­fique et durable de l’apprentissage de la lecture.
Lien : http://www.reseau-normandys.org

Qu’est-ce que la dysphasie ?

La dysphasie est un trouble spéci­fique, sévère et durable du déve­lop­pe­ment du langage oral.
Lien : http://www.reseau-normandys.org

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

Une dyspraxie est un trouble spéci­fique du déve­lop­pe­ment moteur, il y a alté­ra­tion du déve­lop­pe­ment de la coor­di­na­tion motrice. Les anoma­lies peuvent toucher tout ou une partie des gestes.
Lien : http://www.reseau-normandys.org

Mon enfant est sourd

Quels sont les modes de communication possible pour mon enfant ?

La surdité est une perte ou une dimi­nu­tion notable du sens de l’ouïe. La perte d’audition peut varier de légère à profonde voir totale. Les modes de commu­ni­ca­tions sont : langue orale, lecture labiale, Langage Parlé Complété, Français signé et Langue des Signes Française. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : http://www.acfos.org/publication/autresp/cestquoilasurdite.pdf

1) LSF : La langue des signes fran­çaise (LSF) est la langue utilisée par les sourds et malen­ten­dants fran­co­phones pour traduire leur pensée. La LSF est une langue à part entière
L’établissement popose des stages de LSF en parte­na­riat avec des orga­nismes.…

2) Le code LPC : Lien : expli­ca­tions four­nies par l’Association natio­nale pour la promo­tion et le déve­lop­pe­ment de la Langue fran­çaise Parlée Complétée (ALPC)

Qu’est-ce que l’implant cochléaire ?

Un implant cochléaire est un dispo­sitif médical élec­tro­nique destiné à restaurer l’au­di­tion de personnes atteintes d’une perte d’au­di­tion sévère à profonde et qui comprennent diffi­ci­le­ment la parole à l’aide de prothèses audi­tives. Cet article décrit en détail comment il fonc­tionne. Il est illustré par les photo­gra­phies de diffé­rents modèles d’im­plants et des proces­seurs asso­ciés.
sources : cisic

CONTACT
02 33 32 22 22

Espace bénéficiaireEspace réservé